17ème édition : Un nouveau Chiottesman

6 juin 2011 : 17 ème édition des Moissons Rock. Innovation pour la Chiotteam cette année, les chiottes sèches ! Du nouveau dans la déco comme chaque année. Puis encore un nouveau dans l’année pour remplacée notre Chiott’Man de l’année dernières qui n’a malheursement pas pu venir cette année.
Cette fois nous avons tapé dans un homme d’expérience et de carrière internationale : Bogsman !!
Sacré membre des Moissons Rock, beau boulot, belle implication.

The Bogsman’s initiation

Chiottes Man arrive au festival, jaillissant de la cuvette : Tout a commencé en février. Sortant de mon cours de guitare chez Seb, j’ai rencontré l’ami Jacky dont je savais qu’il était impliqué dans l’association les Moissons Rock. Etant néo retraité de l’Enseignement (lent saignement ???) je dispose maintenant de pas mal de temps et je cherchais une activité complémentaire à l’apprentissage de la guitare. Je proposai donc mes services à Jacky qui m’apprit alors qu’il cherchait un stagiaire pour compléter son équipe de Chiottemen, chargés de l’entretien des toilettes pendant le festival et qu’il aurait prochainement besoin d’aide pour récupérer de la moquette après les différents salons châlonnais.

Rendez-vous fut pris quelques semaines plus tard pour arracher quelques hectares moquette dans le hall des Expos après le salon de l’auto. Je fis alors connaissance de Momonne Manu qui vinrent à la rescousse pour charger notre collecte sur le camion gentiment prêté, puis Jean-Lou, Philippe et quelques autres au hangar où la moquette fut déchargée pour être stockée attendant le festival.

Quelques semaines plus tard, je fis connaissance du reste de l’équipe lors de la grande réunion préparatoire au festival 2011. Plutôt intimidé car je ne savais rien, n’avais pas de commentaire à faire ni rien à proposer. Je me contentais d’écouter, de retenir les prénoms de chacun, de deviner qui était qui et qui faisait quoi. Mais j’avais été accueilli de manière sympa: c’était parti… j’étais stagiaire Chiotteman.

Vint ensuite la campagne de collage d’affiches avec l’ami Jacky, à Châlons, à Vitry (deux fois) et à Epernay (deux fois aussi). Nous distribuâmes généreusement notre colle. Les choses sérieuses commençaient vraiment.

Puis ce fut le premier samedi à Juvigny : pour moi découverte du site ‘nu’, balayage de la cour de l’ancienne école, puis participation à la réfection de la rampe d’accès. J’ai alors découvert le génie de toute cette équipe de joyeux lurons: avec quelques mètres de tissu et de moquette, quelques clous, des matériaux de récup et trois bouts de ficelle, Christian et Manu et quelques autres étaient capables de métamorphoser les vieux préfas en loges confortables et accueillantes : la magie commençait et je n’avais encore rien vu !

Chiotteman chef chie directement dans la chiure lui...Les vendredi, samedi, lundi et mardi qui précédèrent le festival ne firent que confirmer cette impression mais cette fois j’eus le sentiment d’en faire davantage et de participer moi aussi à cette magie en cours: sous la houlette de Chiotteman-Chef Jacky, je participai à (cités dans le désordre) l’approvisionnement du matos Moissons stocké dans le hangar, au démontage du tour de scène, à la prise en charge des podiums et du chalet, des clôtures de chantiers Héras et des plots en bétons, à l’approvisionnement des plantes vertes, puis des toilettes sèches prêtées par la Poule des Champs à Aubérive, à l’installation de l’enclos extérieur (barrières et plots en béton déchargés manuellement du camion), au montage des différentes tentes, à l’installation des toilettes sèches et de leur enclos spécifique, au pelletage de cinq sacs de sciure à le scierie de Châlons, au nettoyage des toilettes de la salle,à l’installation du parking public, etc. No need to lull me to sleep, but I was happy: I was part of the group.

Le premier soir arriva enfin: Première tâche, faire la circulation à l’extérieur du site et diriger les spectateurs motorisés vers les parkings. D’abord stupeur de mes anciens et anciennes élèves qui découvrent leur ex-prof en tenue de Moissonneur faisant la circulation au milieu de la route puis un gros paquet de bisous de mes anciennes élèves: Rha Lovely…!!!!

Durant ce temps Chiottesman pousse sa pêche dans les gogues écolo afin d'approuver la nouveauté :Ensuite changement de costume et tenue de Chiotteman de rigueur – en ce qui me concerne, ce fut une tenue de Bogsman, version britannique de Chiotteman – et en route pour une soirée passée à inspecter les différentes toilettes et à faire le nécessaire pour que les petits postérieurs (et même les plus gros, nous n’avons aucun à priori ni à postériori !!!) de ces dames et demoiselles puissent se lover sur les lunettes propres pour accomplir leurs différents besoins. Pour ce qui concerne les garçons, peu d’entre eux apparemment se sont assis dans les toilettes sèches et les arrosages sauvages sont devenus de plus en plus fréquents à mesure que les libations avançaient. A la décharge (!!!???) des garçons, une configuration de l’intérieur des cabines peu propice (pro-pisse?) à caser leur nougats de 45 1/3 quand ils choisissaient la position debout : Résultat des courses digne de Gotlib, la touche finale de la miction finissant sa trajectoire sur le siège puis sur les godasses du jeune homme. Cela quand ce dernier n’effectuait pas une tentative de record du jet le plus haut en indoor…! Intervention immédiate de la Chiotte-team pour remettre l’intérieur de la cabine dans un état plus digne de ces chères demoiselles, le nettoyage des godasses étant laissé à la charge de leur arroseur préféré.

Je n’ai eu que peu de temps à consacrer aux différents spectacles – I was here to work and serve, wasn’t I? – mais je me suis régalé en étant aux premières loges pour assister aux répétitions et aux balances et en discutant avec les guitaristes.

Avec trois soirées de festival, puis trois jours pour défaire ce qui avait été construit pour laisser place nette – un autre prodige – voilà ce que fut mon initiation de Chiotteman – sorry Bogsman – stagiaire et je dois dire que les premiers jours de retour à la vie « civile » furent un peu nostalgiques : je me sentais « en manque », il va falloir attendre une année pour revivre toute cette magie, cette créativité incroyable et cette atmosphère si conviviale.

Je dois maintenant remercier tous mes amis Moissonneurs et Moissonneuses qui m’ont tout de suite témoigné leur soutien, leur amitié, leur bienveillance et leur indulgence, même s’il m’est arrivé de faillir. Je remercie surtout mon vénéré – the best in the world – Chiotteman-Chef qui m’a initié aux Moissons, qui m’a montré tout ce qu’il y avait à savoir et à faire – ce n’est pas forcément évident de prendre les bonnes initiatives et de savoir quoi faire et quand le faire quand on découvre tout – et qui m’a supporté (dans tous les sens du terme) pendant cette quinzaine. Je les remercie enfin, lui et son Chiotteman Quentin, d’avoir bien voulu valider mon stage et me nommer Bogsman. I’m ready for next year’s festival. Je ne quitterai pas mon clavier sans envoyer un gros bisou à toutes les dames et demoiselles qui m’ont remercié et félicité pour mon travail d’entretien de leur lieu d’aisance.

Bogsman loves you too, girls!

Vivement les Moissons 2012!!!

Michel alias Bogsman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.