19ème édition : les chiottesman, artistes des goguenots

11 mai 2013 : Nous y voilà, la 19eme édition de notre festival favori est terminée ! Et cette année encore ce fut un bon cru, surtout quand on parle chiottes ! Une équipe agrandie de quelques nouveaux, notamment notre cher SciureMan qui a assuré comme un chef malgré son age avancé ! Personnage déjà publiquement connu pour être le Président du Fan Club de Natchez (oui oui rien que cela !!! Monsieur ne se refuse rien !), il compte maintenant parmi les grands de notre monde de merde !

Il aura pourtant été mené à la rude par 3 couillons ayant décidé de le coucher à la buvette, mais que nenni,  il leur a donné une bonne leçon de rock’n’roll en en couchant 2 sur 3, avant de rentrer bancale cuver sa victoire. Sans parler de son succès auprès de la gente féminine… Haaa quel charmeur de SciureMan !

Les chiottesman, artistes des goguenots

Quelques mois avant cet incontournable festival Rock, le 19ème, connu sous le nom des « Moissons Rock », Jacky Gobert (alias Chiottesman Chef) me propose lors d’un énième concert de Natchez de participer en tant que bénévole aux multiples travaux que nécessite une telle manifestation. Il va s’en dire que mon acceptation fût prise sans hésitation.

Je connaissais depuis de nombreuses années la réputation de ce rassemblement, l’organisation irréprochable d’une équipe soudée et aguerrie depuis tant d’années de réussite. L’équipe des « Moissonneurs » ne m’était pas inconnue, les ayant côtoyé à maintes reprises lors de l’enregistrement du « cd live » de Natchez, du dixième, quinzième, vingtième et vingt cinquième anniversaire du groupe et  dont l’association prêtait généreusement leur aide et partenariat. Leur sérieux, leur sympathie, leurs compétences additionnées d’une certaine décontraction et d’un certain humour m’assuraient quelques jours de réelle folie. Je me suis dit, dans la vie il faut tout expérimenter et de surcroit épaulé par un organisateur, grand maître de cérémonie qui ne laisse rien au hasard (l’ayant vu évoluer à maintes reprises dans des situations plus ou moins semblables mais certes de moins grande envergure), je ne me faisais aucun soucis.

Me voilà donc parti vers de nouvelles aventures un dimanche après-midi direction Chalons en Champagne« the train coming to the station St Quentin via Paris, with my suitcase in my hand ». Jacky maitre expert du confort des petites fesses  me cueille à la gare avec la ponctualité diabolique qui lui est due et direction le site, lieu des festivités à venir. Oh my God, je suis surpris et même impressionné par cet endroit en plein air qui sera dans peu de temps l’endroit des réjouissances et avec explications précises, Mesdames et Messieurs, de mon « hôte-chef-litière bio maîtrisée ». Un soupçon de réaction m’interpelle : « Oh putain, il va y avoir du taf !! ». Un bref regard vers le bar, il est long, long, long, tout près à s’humecter le pipeline.

J’avais bien une petite idée de mon rôle de « Moissonneurs puceau » et les semaines précédentes des démarrages des opérations, je n’ai pas hésité à parcourir le fameux site-internet spécial du parler « chiottes » qui recèle tout un vocabulaire relevant de la culture du graal caca-pipi anti-odeur : « chiottesman.fr. » Tout un programme !!! Je me mets dans l’ambiance, je m’imprègne des techniques nordiques et de la façon de gérer la situation après que mouts moult spectateurs aient ingurgité des dizaines de bières et avalé quelques « Chili corn carné ». L’affaire paraît rude mais loin d’être impossible.

Dans le domaine du « pipi-caca », il faut être interlocuteur valable, il faut connaître le sujet. Donc je potasse la matière (fécale !!!!!!????), il faut en plus garder une certaine classe et ne pas se laisser aller à des propos plus ou moins hasardeux et  déplacés. Explications : je ne m’imagine pas demander à une jeune demoiselle toute fraîche ou à une dame avec sac  « Wuiton » de chez « Goulet Turpin », en lui tendant le bol de sciure : « T’as envie de pisser ou chier ??, tu prends ce bol de sciure et tu le déposes sur ta merde !! ». Alors là, je suis recalé pour l’année prochaine. Non, je tiens à avoir la moyenne car « Chiottesman-Chef » veille au grain !!!

Restons dans le contexte !! Et puis c’est mon histoire de gentleman-chiotteman-fosses septiqueman and latrineman, non ??? Mes nombreuses révisions sur le sujet pendant plusieurs jours m’amènent à faire des rêves étranges, surprenants mais aussi sympathiques quoique relevant de la paranoïa !! Ce n’est pas des restes diurnes, puisque que je n’ai pas encore commencé mon labeur programmé. SciureMan bosse dur durant l'affluence à ChiottelandAprès une étude approfondie du vocabulaire et de la marche à suivre, me voilà confronté à des nuits mouvementées : « Bonjour Demoiselle, voici donc ce contenu de sciure pour faire popo !! ». Et elle de me répondre : « T’inquiètes mec, je vais faire tourner la turbine à chocolat, en 2’ chrono c’est fait, pas besoin de fermer la porte !!! » … Plaît-il ??

Sursaut, réveil, sueur !!! Et ça recommence :  « Tout s’est bien passé Madame ?» « Impec Chéri, je viens de peindre un Picasso en 2 temps trois mouvements ». Je cauchemarde, il y a une queue de 75 femelles et les réflexions fusent : « Magnez-vous, j’ai le cigare au bord des lèvres », l’autre : « Et moi un 747 en bout de piste !!! ». « Le nain, magnes-toi, j’ai un vaseux qui va me pourrir le cal-fouette !! ». Oh putain, j’appelle ma mère, c’est tellement fort que je m’envoie une sprinteuse ou serait-ce une « Yesterday Revival » ??…Et bien d’autres encore, j’étais prêt pour la furie !!!

Bon arrêtons les conneries !! Revenons à la réalité. Ayant assisté à de nombreux festivals Rock durant les années 70’s, je peux vous dire qu’au niveau hygiène et propreté, c’était loin d’être le top. A croire que les organisateurs ignoraient totalement que les aficionados de Rock’ n Roll avalaient, gardaient et éliminaient le lendemain. Aux Moissons Rock c’est autre chose, il y a un réel désir de mettre les personnes à l’aise chaudes du sphincter et de la durite percée, l’installation de 10 cabines n’est pas une mainte affaire.
Résultat d'une soirée de festival aux chiottesMais tout ce travail on s’en fout, on avait une équipe capable de gérer n’importe quelle situation, de l’éternelle, la contre-attaque, le billot et même la timide et la pointue. Il faut dire que « Chiottesman Chef » avait son adjoint Quentin, son frère Tristan et Ronan, des jeunes trouducs qui ont oublié d’être tristes et cons. Allez Margueritte, la 7 est libre !! Non ça ne se mange pas, tu verses le récipient sur ton pipi chaud !! Merci Monsieur,  vous êtes gentil !! Ronan, envoies la timbale à la Madame !! Et mec, pisses dans l’allu, c’est mieux !! Tristan t’es où ?? J’arrive !! Quentin, on va la boire cette tradition !! J’t’attends Président !!

Et vous croyez qu’on n’a rien vu des concerts ?? Que nenni !! On était au premier plan !!!

Jacky chiottesman-biométhadisation, merci pour ces quelques jours de folie et merci à toute la bande des « Moissons du Rock », trop fort, trop conviviaux, trop top !! Les trois rock’n rolleux de mes deux, je vous aime !!!

La vingtième est là, c’est sûr !!!

Michel, alias SciureMan le 11 mai 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.